Bionest

D’origine canadienne, la société Bionest s’est installée en France en 2007. Désormais, elle figure parmi l’un des principaux fabricants de systèmes d’assainissement non collectif de l’hexagone. Pour s’imposer sur un marché où la concurrence est rude, l’entreprise propose plusieurs gammes de dispositifs de traitement des eaux, disponibles avec une cuve en béton ou en plastique.

Des systèmes individuels aux dispositifs d’assainissement collectif

En matière d’assainissement individuel, la marque propose des micro-stations d’épuration basées sur la technologie à culture fixée. Ces produits répondent aux besoins d’assainissement des maisons de 5 EH à 21 EH.

Les micro-stations Bionest peuvent également être dotées d’une unité de désinfection par rayonnement ultraviolet (BIO-UV). Dédiée aux systèmes semi-collectifs, cette option permet de traiter plus efficacement les eaux. Elle est préconisée pour les solutions d’assainissement qui doivent se conformer à des normes de rejet spécifiques en matière bactériologie.

En ce qui concerne le média filtrant utilisé, la micro-station Bionest utilise un substrat particulier qui ne requiert aucun remplacement appelé « Média BIONEST ». Sa durée de vie est acceptable, jusqu’à 10 ans, mais d’autres fabricants comme Tricel proposent déjà un média dont la durée de vie peut aller jusqu’à plus de 25 ans.

Pour les lotissements, campings, copropriétés… Bref, pour les petites collectivités, Bionest développe également des solutions d’assainissement moins coûteuses que le raccordement au tout-à-l’égout.

Enfin, la marque conçoit des dispositifs adaptés aux chantiers isolés, aux climats froids, chauds ou tempérés. Ce sont des unités mobiles qui peuvent être transportées jusqu’au chantier par camion, par bateau, voire par hélicoptère.

Principes de fonctionnement de la micro-station Bionest

Pour ses micro-stations, Bionest fait appel à une technologie qui reproduit le processus d’épuration naturel effectuée normalement dans le sol, mais de façon accélérée.

Ce procédé d’épuration biologique se déroule dans un environnement contrôlé et restreint afin d’éliminer des effluents les polluants microbiens et organiques nocifs pour la santé humaine et pour l’environnement.

  • Les eaux arrivent d’abord dans une première cuve appelée fosse toutes eaux afin de séparer les matières solides et les liquides, par le biais d’une décantation.
  • Les eaux sont ensuite acheminées dans une seconde cuve appelée bassin de réaction, constituée d’une partie aérée et d’une autre partie dédiée à la clarification, toutes deux remplies de média filtrant.
  • La première partie est aérée en permanence via un compresseur d’air. L’oxygène apporté par l’air permet aux bactéries épuratrices dans les eaux de se développer et de digérer les matières polluantes.
  • Lorsque les eaux traversent enfin la seconde partie du réacteur, elles sont mises au repos. Les particules résiduelles vont alors se déposer au fond, tandis que l’eau peut être relâchée dans la nature, exempts de particules et d’éléments polluants.

Une société aux plusieurs récompenses à son actif

Étant une marque reconnue dans le monde, Bionest propose des micro-stations agréées par le ministère de l’Environnement et de la Santé. Par ailleurs, la marque a déjà décroché plusieurs prix internationaux, à savoir :

  • Distinction Gustave Prévost (Réseau Environnement, Québec)
  • H2O Water Awards – Catégorie « Water Efficiency Leader » (Moyen-Orient, Afrique du Nord).
  • Lauréat 2014 – Phénix de l’Environnement – Catégorie « Entreprise : réalisation à caractère environnemental », Québec.

Rappelons que le système Bionest fut le premier dispositif à recevoir la certification du Bureau de normalisation du Québec (BNQ) en tant que système de traitement secondaire avancé. La marque possède désormais plus d’une dizaine de bureaux installés dans plusieurs régions (Amérique Latine, Canada, Caraïbes, États-Unis, France et Moyen-Orient). Sans oublier qu’elle a déjà installé plus de 35 000 dispositifs d’assainissement dans le monde.