Micro-station Bioxymop

Bioxymop est un dispositif d’assainissement prêt à l’emploi, conçu et commercialisé depuis plus de 35 ans par SIMOP. Cette micro-station utilise le procédé de culture fixée immergée aérobie qui permet de traiter efficacement les eaux usées issues des logements individuels.

Aujourd’hui, nous vous proposons de découvrir ensemble le principe de fonctionnement et le cout d’installation de cette filière.

À propos de SIMOP

Cette enseigne française a vu le jour en 1975, grâce à l’initiative de Messieurs Armel et Éric Ferey. Depuis sa création, la marque se spécialise dans le développement d’une large palette de matériels destinés à l’épuration, le stockage et relevage des eaux et d’autres dispositifs dédiés à l’assainissement.

Actuellement, cette entreprise familiale est sous la houlette de Valéry et de Guillaume Ferey. Pour assurer une grande disponibilité et la livraison dans les meilleurs délais de ses produits, elle s’est dotée de cinq sites de production dans l’hexagone et à l’international.

Les produits Simop

La marque Simop est tout particulièrement connue dans le domaine de la vente directe de matériels pour assurer la sécurité des personnes ou pour respecter l’environnement.

On peut par exemple citer les équipements de manutention et de signalisation pour la sécurité dans les entreprises, les bacs de rétention, les cuves de stockage, les citernes de récupération d’eau, les bennes basculantes, etc. Bref, ce sont des solutions qui conviennent parfaitement aux professionnels de l’industrie, ceux de la viticulture et de l’agriculture.

Base d’essais homologuée

Tous les produits de la société sont soumis à des essais hydrauliques et mécaniques drastiques avant d’être commercialisés.

Pour ce faire, elle dispose d’une base d’essais, conforme à la norme européenne NF EN 858-1. Cette installation a été validée par le Centre scientifique et technique du Bâtiment CSTB.

Simop s’est également équipé d’un banc de tests qui permet de déterminer la résistance mécanique des cuves à la nappe phréatique et à l’enfouissement.

Bref aperçu de la micro-station Bioxymop

Ce dispositif d’assainissement autonome se décline en trois modèles pour les maisons individuelles, à savoir de 6, 9 et 12 EH. Mais si vous voulez un dimensionnement plus important, vous n’êtes pas en reste, car la marque offre aussi 7 autres modèles de 21, 25, 30, 35, 40, 45 et 50 EH. Pour ces autres versions, la marque cible notamment le secteur de l’assainissement semi-collectif.

Son fonctionnement est tout ce qu’il y a de plus classique. Les effluents domestiques sont épurés en trois étapes qui se déroulent dans trois compartiments différents.

Étape 1 : La décantation primaire

Les eaux usées arrivent dans une première cuve pour séparer les éléments solides des matières liquides, sous l’effet de la pesanteur. Il permet également de retenir les particules légères et les graisses. Lors de cette phase de prétraitement, les matières solides se déposent au fond du décanteur pour former les boues primaires.

Étape 2 : L’épuration biologique

Les eaux prétraitées sont ensuite envoyées dans le second compartiment où des bactéries épurent les substances polluantes restantes qu’elles renferment. Ces microorganismes peuvent s’y développer grâce à un apport constant d’air via un compresseur d’air. La dégradation de la pollution se fait donc par voie aérobie, c’est-à-dire en présence d’oxygène.

Étape 3 : La clarification

Après l’issue de la phase de réaction, les eaux traitées sont ramenées dans le dernier compartiment pour subir une étape de clarification. Dans cet ouvrage, les bouesrésiduelles sont séparées de l’eau interstitielle.

Une partie des boues seulement, c’est-à-dire celles produites en excès, sont renvoyées vers le décanteur primaire par le biais d’une pompe de recirculation. Ceci, afin de maintenir une certaine concentration de biomasse dans le clarificateur.

Enfin, les eaux épurées peuvent être rejetées dans la nature.

Conseils pour garantir la pérennité et les performances de la filière

Avant tout, il faut noter que les eaux de pluie n’ont pas besoin d’être traitées par une micro-station. Ce sont seulement les eaux d’origine domestique (eaux ménagères + eaux-vannes) qui doivent être épurées par ce dispositif.

Par ailleurs, rappelons que cette filière dégrade les matières polluantes grâce à l’action des bactéries épuratrices contenues dans la fosse toutes eaux et le bassin de réaction. Il faut donc éviter d’utiliser les produits susceptibles de nuire à ces micro-organismes.

Il est donc interdit de rejeter dans votre système d’assainissement certains produits comme:

  • Les huiles minérales
  • Les dérivés du pétrole
  • Les produits chlorés
  • L’Eau de javel pure
  • Les préservatifs, couches et chiffons
  • Les pesticides
  • Etc.

Coût de l’installation

Pour définir le coût estimatif de la mise en place de l’entretien et de l’exploitation de cette filière, il s’avère plus pratique de se baser sur une analyse des coûts pour une période 15 ans.

  • Achat & Installation de la micro-station : 7700 euros
  • Renouvellement des pièces d’usures : 1800 euros.
  • Contrat d’entretien : 3 000 euros
  • Vidange des boues : 4 600 euros
  • Consommation électrique : 400 euros

Au final, votre micro-station Bioxymop pourrait donc vous coûter environ 17 500 euros.

Bien entendu, ces informations sont fournies à titre indicatif et sont soumises à certaines conditions. Pour avoir un devis précis, il est donc recommandé de faire appel aux représentants de la marque ou à un installateur agréé dans votre région.

Pourquoi choisir cette filière ?

Conçu pour être performante et durable, la micro-station Bioxymop possède de nombreux autres avantages :

  • Faible consommation électrique (190kw/h par an), soit la moitié de la consommation d’un réfrigérateur congélateur.
  • Emprise au sol réduite (à partir de 3,6 m2)
  • Faible profondeur de fouille (moins de 2 m)
  • Coût d’entretien réduit
  • Système Plug & Play
  • Fréquence de vidange espacée grâce à la grande capacité du décanteur primaire (à partir de 3 m3)
  • Pose avec ou sans nappe phréatique
  • Manutention aisée
  • Sans odeur
  • Accepte les variations de charge

Attention : une micro-station d’épuration est une excellente solution pour assurer l’assainissement autonome d’un logement sans terrain. Mais si le Service public d’Assainissement non collectif (SPANC) de votre commune juge que votre terrain est assez grand, il peut vous obliger à mettre en place un système avec épandage.

Aussi simple à mettre en œuvre qu’une fosse septique, mais dotée d’un rendement épuratoire plus élevé, la micro-station Bioxymop est très compacte. Cela permet donc d’économiser la surface à dédier au traitement des eaux usées et de réduire les coûts des travaux liés l’installation de la filière.

Agréments et certifications de la micro-station Bioxymop

Rappelons que le fonctionnement de la micro-station Bioxymop est basé sur la culture fixée immergée aérobie. Elle fait également appel au principe d’épuration « Integrated Film Activated Sludge » qui lui permet de traiter efficacement les eaux usées domestiques des logements individuels.

Cette gamme de micro-stations bénéficie de plusieurs agréments délivrés par le ministère de la Santé et de l’Environnement. De ce fait, elle peut être installée dans tout le territoire français en guise de dispositif d’assainissement à part entière.

  • BIOXYMOP6025/06 : Agrément ministériel N°2012-001, 2012-001 mod01 et 2012-001 mod02,
  • BIOXYMOP6025/06/AC : Agrément ministériel n°2012-001-mod03,
  • BIOXYMOP6037/06 : Agrément ministériel n°2012-001-mod06.

Comme la plupart des micro-stations commercialisées en France, ce système bénéficie également d’un marquage CE.

À noter que l’agrément de la gamme Bioxymop concerne uniquement le traitement des eaux usées. Leur mode d’évacuation doit donc respecter les prescriptions techniques en vigueur. En fonction des contraintes du sol, les eaux traitées peuvent être rejetées dans la nature par drainage, par infiltration dans le sol, par déversement dans le milieu hydraulique superficiel ou par irrigation souterraine.

En se référant à l’arrêté du 7 septembre 2009 modifié, la quantité de Matières En Suspension (MES) dans les eaux en sortie de la micro-station doit être inférieure ou égale à 30 mg/l. Quant à la Demande biochimique en Oxygène sur 5 jours (DBO5), elle doit être inférieure ou égale à 35 mg/l.

À titre de comparaison, Simop avance que sa micro-station Bioxymop propose un MES d’environ 15 mg/l et d’une DBO5 d’environ 11 mg/l.

À la découverte de la Bioxymop nouvelle génération

Pour suivre les nouvelles tendances dans le domaine de l’assainissement, l’entreprise Simop était contrainte d’innover son produit. En conséquence, elle a récemment lancé une autre gamme de micro-stations dénommées « Bioxymop nouvelle génération ». Selon son fabricant, cette micro-station est encore plus robuste, plus simple d’utilisation et plus performante.

La Bioxymop nouvelle génération est un dispositif ultra-compact. Ses dimensions sont de 2,405 m (longueur) x 1,912 m (largeur) x 1,850 m (hauteur). Autrement dit, la filière s’adapte parfaitement aux logements avec un terrain réduit, car son emprise au sol est de moins de 7 m2 pour un logement de 6 EH.

Cette gamme de produits utilise encore le principe de la culture fixée. Ce qui la différencie de la micro-station Bioxymop classique est qu’elle fait appel à un lit fluidisé appelé « Moving Bed Biofilm Reactor » (MBBR) comme support biologique. Ceci permet à la micro-station d’offrir un niveau de traitement élevé, conformément à l’arrêté du 7 septembre 2009 et aux exigences de la norme EN12566-3.

La Bioxymop nouvelle génération est composée d’une seule cuve divisée en trois compartiments. Le premier compartiment fait office de décanteur primaire, avec un volume de 3 m3. Le second sert de bassin d’aération et le troisième de clarificateur. Ce dernier est doté d’un système AIRLIFT dont le rôle est de renvoyer les effluents vers le décanteur primaire pour qu’ils subissent un nouveau cycle de traitement.

Malheureusement, cette gamme n’est disponible que jusqu’à 6 EH. Néanmoins, son fabricant s’est engagé à concevoir un système prêt-à-poser qui s’adapte à de nombreux types de terrain (argileux, hydromorphe, limoneux, avec nappe phréatique, etc.).

Les services et assistances Simop

Des techniciens pour réaliser l’entretien et les vidanges

Pour garantir son bon fonctionnement, la micro-station doit être entretenue au moins une fois par an. Cette opération doit être réalisée par un professionnel agréé.

Les instances qui délivrent l’agrément ministériel pour la conformité de cette filière imposent également la réalisation d’une vidange lorsque la hauteur des boues dans le décanteur primaire atteint 30% de son volume utile.

Sur cette base, le fabricant Simop propose de réaliser une vidange tous les 36 mois environ. Bien entendu, cela dépend de la façon dont vous utilisez le dispositif et le nombre d’occupants réel de votre logement.

Pas de contrat d’entretien annuel

La marque ne propose pas un contrat d’entretien pour sa micro-station, mais elle recommande fortement d’en souscrire un auprès d’une société spécialisée dans l’assainissement.

Sur ce point, elle a développé un partenariat avec la société Assisteaux qui pourra prendre en charge l’entretien de ses micro-stations.

En tout, Simop met donc à la disposition de ses clients un réseau de plus de 12 techniciens qui peuvent intervenir sur tout le territoire. Un nombre qui est malheureusement restreint, comparé par exemple à celui d’Aquameris. Cette marque possède plus d’une centaine de techniciens pour assurer l’entretien de ses dispositifs en France.

Des garanties assez limitées

Les performances de la micro-station Bioxymop sont garanties lorsque les conditions normales d’utilisation, d’entretien et de maintenance sont respectées.

Ces opérations doivent se conformer aux prescriptions dans le guide d’utilisation. Si tel est le cas, Simop avance une garantie de 10 ans sur la cuverie de la station Bioxymop et de 1 an sur ses éléments électromécaniques.

La marque devrait se demander si ces garanties suivent les tendances actuelles. Du côté de Tricel, un fabricant de renom de micro-stations similaires à la Bioxymop, la cuverie est par exemple garantie sur 20 ans. Pour les équipements, la durée de la garantie est de 2 ans. À cela s’ajoute une garantie décennale sur les travaux d’installation, accordée sous certaines conditions.

Conclusion

Depuis plus de 35 ans, Simop développe et commercialise des dispositifs d’assainissement des eaux usées domestiques. Cette marque figure actuellement parmi les leaders dans ce domaine, grâce notamment à sa micro-station dénommée Bioxymop. Basée sur la biofiltration intégrant des cultures biologiques fixées, cette filière est toute à la fois efficace et compacte.

Étant une filière agréée, la microstation Bioxymop répond aux normes en vigueur, à savoir l’arrêté du 7 septembre 2009 et la norme EN12566-3. Certes, ce dispositif n’innove pas autant que ses concurrents actuels, mais il est à recommander, notamment lorsque vous allez mettre en place un système d’assainissement compact dans votre résidence principale.