Tout savoir sur le prix filtre coco

Le filtre à coco est considéré comme une solution écologique permettant de traiter les eaux usées domestiques. Ce dispositif peut être placé après une fosse toutes eaux ou intégré dans celle-ci. Dans ce dernier cas, on l’appelle alors filtre compact.

La fosse toutes eaux assure le prétraitement des eaux tandis que le filtre en assure l’épuration, et ce, grâce à un massif filtrant constitué des fibres ou copeaux de coco. D’où le nom « filtre coco ».

En réalité, les eaux subissent deux processus de filtration, dont la première est physique (lorsqu’elles passent à travers les fibres) et la seconde bactérienne (élimination des polluants restants grâce à des bactéries épuratrices qui se déposent et qui se développent sur ces fibres).

Les produits issus de la coco ont été choisis pour leur haut niveau de filtration dans un espace réduit. À la sortie du filtre compact, les eaux assainies peuvent donc être rejetées directement dans la nature.

Vous voulez tout savoir sur le prix filtre coco ? Ce dossier spécial est tout particulièrement consacré à ce sujet.

Copeaux ou fibres de coco : quel substrat choisir ?

De nos jours, on peut utiliser différents types de médias filtrants tels que la zéolithe, la laine de roches, les dérivés de coco, ou encore les coquilles de noisettes.

Et même, pour notre cas, le filtre coco peut désigner un dispositif qui utilise soit des morceaux de coco concassés (fragments ou copeaux), soit la fibre située au dehors de l’enveloppe protégeant son amande comestible. Cette dernière est également appelée « coir ».

Même si ces deux substrats sont obtenus à partir du même fruit tropical, il ne s’agit pas du tout du même média. Très riche en lignine, la fibre de coco présente par exemple une excellente rigidité, une parfaite résistance à la décomposition et une bonne perméabilité à l’eau.

Bref, c’est un substrat très appréciable non seulement pour sa performance, mais aussi pour sa longévité en termes d’assainissement des eaux usées.

Quel est le prix d’un filtre coco ?

Pour commencer, notons qu’un filtre coco est un système d’assainissement économique. À titre d’exemple, il est moins cher qu’une micro station d’épuration qui est aussi une des filières les plus fiables et économiques du marché.

Le prix d’achat du dispositif tourne aux alentours de 5 000 euros.

D’une manière générale, cela intègre le prix du transport et celui de la pose. Si ce n’est pas le cas, il faut donc prévoir un budget supplémentaire d’environ 2000 à 5000 euros.

Le prix total d’un filtre coco peut alors se situer autour de 7 000 à 10 000 euros. Alors que pour une micro station, cela peut aller jusqu’à 12 000 euros.

Le matériau de fabrication : un élément essentiel qui détermine le prix de la filière

Le type de matériau utilisé pour fabriquer le filtre coco a une influence sur son coût, mais aussi sur son efficacité et sa durabilité.

Bien qu’il soit difficile d’affecter un coût à chaque type de matériau, nous pouvons avancer que :

  • Le plastique dit PVC est le moins cher. Il est aussi le moins résistant sur le long terme.
  • Le béton est accessible à un prix abordable. Seulement, ce matériau est lourd et peut poser des difficultés lorsque le dispositif doit être extrait en cas de remplacement.
  • Le PRV (polyester renforcé à la fibre de verre) est le matériau le plus coûteux. Malgré cela, il reste celui le plus convenable, car il est 10 fois plus léger que le béton et sa durée de vie peut aller jusqu’à 25 ans.

Y a-t-il d’autres coûts à prévoir ?

Oui, vous devez également penser aux dépenses liées aux contrôles de l’assainissement. C’est le Service public d’Assainissement non collectif (SPANC) qui assure ses opérations. Ces diagnostics sont nécessaires pour s’assurer que votre assainissement fonctionne correctement et qu’il répond aux normes en vigueur.

Le SPANC va tout d’abord réaliser un diagnostic pour s’assurer que l’installation existe. Il va ensuite contrôler la conception et l’implantation de la filière. Avant le remblaiement du dispositif, il effectuera le contrôle de la conformité des travaux suivant le cahier de charge. Enfin, ce service peut procéder à des contrôles périodiques du bon fonctionnement de votre filtre coco. Au total, ces interventions pourraient vous coûter entre 120 et 480 euros.

Un exemple de filtre coco : le modèle Tricel Seta Simplex

À ses débuts, le filtre compact était conçu pour répondre aux besoins d’assainissement individuels des propriétaires ayant des résidences secondaires. En effet, ces derniers sont peu présents dans leurs logements au cours de l’année. Le filtre compact était donc considéré comme l’alternative idéale aux filières traditionnelles pour pouvoir supporter les variations de charges organiques.

Toutefois, vous pouvez aussi installer cette filière agréée pour une habitation principale. Pour suivre cette nouvelle tendance, la marque Tricel a donc conçu un filtre coco compact dénommé Simplex, disponible à partir de 4 jusqu’à 9 EH.

Ce qui différencie ce filtre compact de ses concurrents, c’est le fait qu’il est mono-cuve. Il comprend toujours une fosse septique pour assurer le traitement primaire des effluents. Il est également doté d’un massif filtrant qui intègre des fibres de coco destinées à épurer les eaux.

Sachez toutefois que ces deux compartiments sont réunis dans une seule cuve, ce qui rend le dispositif très léger, facile à manutentionner et à installer. À titre d’exemple, un modèle Simplex pour un logement standard (5EH) ne pèse qu’environ 450 kg et ne requiert qu’une emprise au sol d’environ 6 m2.

La notion d’EH

Puisqu’on parle d’EH, il s’avère donc nécessaire d’aborder ce sujet.

L’équivalent-habitant ou EH est une notion théorique qui détermine la capacité d’un système d’assainissement. Elle a été établie sur la base de plusieurs mesures et a été conçue pour exprimer la charge polluante des effluents domestiques par habitant et par jour.

Faisons simple : pour trouver le nombre d’EH de votre filtre coco, il suffit de trouver le nombre de pièces principales (PP) de votre logement. Vous pouvez ensuite vous baser sur la règle stipulée par l’arrêté du 7 mars 2012, à savoir : 1 EH = 1 PP.

Selon la réglementation en vigueur (§ 2.1. « Normes dimensionnelles » et § 2.2 « Ouvertures et ventilations »), une PP est une unité de séjour ou de sommeil dont la hauteur sous plafond est de 2,30 m au minimum et dont la surface est au moins de 7 m2. Cette unité doit également être dotée d’une ouverture laissant passer l’air libre et la lumière.

Après avoir réalisé un calcul approximatif, si vous constatez donc que le nombre de PP de votre logement est de 5. Alors, vous pouvez installer un filtre coco de 5 ou 6 EH.

Quand faut-il installer une pompe de relevage ?

Pour un filtre compact, l’installation d’une pompe de relevage n’est pas automatiquement requise. C’est seulement le cas lorsque la bouche d’évacuation des eaux traitées se trouve à un niveau supérieur à celui du massif filtrant. Dans ce cas, il est essentiel de vous renseigner sur le prix de cet équipement.

Explications !

Pour cette filière, les effluents domestiques sont épurés par filtration, c’est-à-dire en s’infiltrant du haut du massif filtrant vers l’exutoire, en passant par le média. Les eaux qui se retrouvent en bas de la cuve doivent donc pouvoir être relâchées de façon gravitaire dans la nature. Seulement, il peut arriver que le lieu de rejet soit surélevé par rapport à la bouche d’évacuation.

Sachez donc que la pompe de relevage électrique peut coûter entre 100 et 1 500 euros en fonction de son modèle et de sa capacité. Et même si elle ne coûte pas trop cher à l’achat, vous devrez encore prendre en considération les frais de maintenance ainsi que la consommation d’électricité de l’équipement.

Besoin d’une pompe de relevage pour le filtre Simplex ?

Notez que la marque Tricel peut installer une pompe de relevage directement en usine, dans le compartiment de clarification. Elle offre une hauteur de refoulement jusqu’à 6 mètres sur une longueur maximale de 240 mètres, avec un débit de plus de 60 litres par minute.

Investir dans un filtre à coco est-il une bonne solution ?

Non seulement cette filière est économique et écologique, mais elle présente aussi de nombreux autres avantages. On cite par exemple son haut niveau d’épuration, son emprise au sol réduite, et le fait qu’elle est éligible à l’éco-prêt à taux zéro.

Effectivement, qui dit filtre coco dit filtre dit colmatage du média filtrant dans le temps. Un bon entretien vous permettra d’allonger la durée de vie des fibres ou copeaux de coco. Seulement, lorsque la durée de vie du support est écoulée, il faut procéder à son renouvellement.

En général, le recyclage du substrat naturel se fait tous les 10 ans. En 2018, le coût de cette opération avoisine les 1800 € HT pour un logement de 5 EH.

À titre de comparaison, pour un filtre compact Ecoflo, utilisant des fragments de coco, cette durée de vie est d’environ 12 à 15 ans. Par contre, pour le filtre Tricel Seta, comportant de la fibre de coco, le renouvellement du média peut dépasser les 15 ans. Et dans la plupart des cas, un ajout d’un complément de fibres peut suffire pour garantir la fiabilité de la filière.

Un filtre à coco pour remettre aux normes la fosse toutes eaux

Traditionnellement, les fosses toutes-eaux avec épandage étaient les solutions les plus prisées pour assainir les eaux usées des logements non reliés au tout-à-l’égout. De nos jours, nombreuses d’entre elles ne répondent plus aux normes en vigueur et doivent être remises aux normes.

Il incombe au SPANC d’apprécier la conformité de votre installation. Après un contrôle de votre dispositif, ce service peut donc émettre un avis défavorable concernant son état.

Ainsi, il peut vous recommander de remplacer entièrement l’installation non conforme ou bien d’installer un autre dispositif de traitement si votre fosse toutes-eaux fonctionne encore correctement.

L’une des meilleures solutions est donc de mettre en place un filtre coco en aval d’une fosse déjà existante. Cela vous permet d’économiser du terrain pour l’assainissement et de disposer d’un système répondant aux normes en vigueur à un prix raisonnable.

Des subventions pour financer votre assainissement avec un filtre coco

La remise aux normes de votre assainissement avec cette filière vous donne droit à plusieurs aides et subventions. Étant donné que le prix d’un filtre coco peut aller jusqu’à plusieurs milliers d’euros, ces aides vous permettent d’alléger drastiquement votre budget assainissement.

D’abord, les 6 Agences de l’eau qui couvrent tout le territoire français peuvent fournir des aides dont le montant peut s’élever jusqu’à 3 000 euros par installation. Ce type d’aide concerne notamment les systèmes d’assainissement inexistant ou ceux présentant un risque de pollution avéré ou pouvant nuire à la santé publique.

On cite également l’Agence Nationale de l’Habitat (ANAH) qui, depuis 2013, peut octroyer des subventions allant jusqu’à 50 000 euros dans le cadre des travaux de rénovation d’un système d’assainissement existant (sous certaines conditions).

Vous pouvez aussi vous rapprocher de votre Caisse de retraite pour bénéficier de l’aide proposée par cette institution. Pour ce faire, vous devez toutefois percevoir la retraite du régime général. Ainsi, la Caisse de retraite peut vous fournir une aide plafonnée à 3 500 euros pour réaliser les travaux de réhabilitation de votre assainissement, du moment qu’ils concernent votre résidence principale.

Pour finir, notez que les collectivités (conseil départemental, commune, communauté de communes, département, région) peuvent aussi vous aider lorsque vous souhaitez rendre votre système d’assainissement conforme avec un filtre compact. Pour obtenir plus d’informations concernant leur montant et leur condition d’obtention, n’hésitez pas à demander conseil au SPANC de votre commune.

Ce qu’il faut retenir

Non seulement cette filière est économique et écologique, mais elle présente aussi de nombreux autres avantages. On cite par exemple son haut niveau d’épuration et son emprise au sol réduite.

Le filtre coco ne coûte pas plus cher qu’une micro-station, et pourtant il peut servir de dispositif d’assainissement d’excellence pour les résidences principales ou secondaires. De plus, c’est une filière éligible à l’éco prêt à taux zéro (éco-PTZ) puisqu’elle ne consomme pas d’énergie pour fonctionner.

Cependant, comme n’importe quel autre système d’assainissement non collectif, le filtre coco n’est pas parfait. Il a des points négatifs, dont le plus important est la nécessité de recycler le média filtrant après environ une dizaine d’années.

Comme vous le savez déjà, il existe une large palette de modèles de filtre coco, les prix peuvent varier d’un fabricant à un autre. Alors, pour profiter du meilleur prix, n’oubliez pas de comparer plusieurs devis.