SMVE EYVI BSI

Les micro-stations d’épuration sont très prisées pour l’assainissement individuel, pour la simple raison qu’elles sont fiables et très compactes. Cela explique pourquoi de nombreux fabricants tentent de s’imposer sur ce marché, en offrant des modèles bien élaborés. Les uns misent sur le développement des produits très sophistiqués, tandis que d’autres se vantent du nombre d’années d’expériences qu’ils ont dans ce domaine.

Dans ce dossier spécial, nous allons vous parler d’un fabricant particulier, SMVE, qui propose une micro-station sobrement dénommée SMVE EYVI BSI, commercialisée depuis 1979.

Cette micro-station est-elle vraiment fiable ? Qu’est-ce qu’elle a de si particulier par rapport aux autres modèles qu’on trouve actuellement sur le marché français ? Aujourd’hui, nous allons nous focaliser sur ce produit.

Coup de projecteur !

SMVE, une société française spécialiste de de l’assainissement individuel

SMVE est une société qui a vu le jour dans les années 1980. Elle s’est implantée en Haute-Garonne et dispose actuellement de nombreux spécialistes français en matière d’assainissement individuel.

L’enseigne conçoit et développe des micro-stations d’épuration qui se déclinent désormais dans plusieurs dimensionnements, de 1 à 1500 EH. On se demande toujours pourquoi elle a choisi SMVE EYVI BSI… un nom un peu aguicheur pour sa micro-station, alors que ses concurrents cherchent actuellement des noms plus agréables à l’oreille comme la micro-station Novo de Tricel, ou encore la Bionut de l’entreprise Simop.

Après tout, il faut savoir que cette micro-station fait partie de la gamme dite à boues activées. Bien que cette technologie semble de moins en moins efficace, comparée à celle à culture fixée, la micro-station SMVE EYVI BSI a tout de même un avantage. Elle est composée d’une seule cuve, dans laquelle se trouvent deux compartiments. Le premier fait office de bassin d’aération et le second de cuve de traitement des eaux.

Pourquoi a-t-on besoin d’aérer les effluents ?

Les eaux usées arrivent dans le premier compartiment, directement depuis votre habitation. Elles contiennent naturellement des bactéries qui sont, elles-mêmes, capables d’assurer une première phase d’épuration des eaux.

Mais pour se développer, ces microorganismes ont besoin d’oxygène, c’est pourquoi il faut les aérer via un compresseur d’air. Cette opération est alternée (environ 15 minutes par demi-heure) par une phase de décantation qui permet aux boues de se décanter au fond de la cuve. Celles-ci seront extraites lors de la vidange de la micro-station.

Que se passe-t-il après ?

Le premier compartiment ne peut éliminer qu’environ 30 % des éléments polluants dans les eaux. Pour obtenir une eau claire, pouvant être restituée dans l’environnement, la micro-station SMVE EYVI BSI est dotée d’un second compartiment. Celui-ci assure la clarification des eaux grâce à une mise au repos des effluents domestiques. Cette étape permet aux boues solides résiduelles de se décanter. Pendant 20 secondes, et toutes les 10 minutes, elles sont reconduites dans le premier bassin pour y être vidangées ultérieurement avec les boues générées lors du traitement primaire.

Vous l’aurez donc compris, cette micro-station de SMVE n’a qu’un seul bassin à vidanger, ce qui est aussi le cas de la plupart des toutes les micro-stations disponibles actuellement sur le marché.

La micro-station EIVI peut être associée à un filtre à roseaux

Oui, si vous le voulez, la société peut vous proposer un filtre planté de roseaux que vous pouvez installer en aval de la micro-station.

La micro-station ne peut donc, elle-même, épurer efficacement les eaux usées ?

Bien qu’elle ne soit pas la seule société à proposer cette option, celle-ci peut être intéressante pour mieux épurer les eaux.

Pour mieux vous expliquer le concept du filtre roseau, sachez qu’il s’agit d’un dispositif constitué de roseaux plantés sur plusieurs couches de graviers de granulométrie différente et superposées. Les plantes forment un complexe racinaire très dense, permettant d’oxygéner efficacement le sol qui va accueillir les eaux traitées par la micro-station.

Des bactéries épuratrices peuvent également se développer sur ces racines et dégrader les matières organiques résiduelles dans les eaux clarifiées.

Pour revenir à notre question, il convient donc de mentionner que la micro-station est efficace, dans la mesure où elle peut rejeter directement les effluents traités dans la nature, sans aucun danger pour la santé et l’environnement.

Pourtant, l’alliance de ces deux dispositifs (micro-station et filtre à roseaux) permet d’avoir un rendement épuratoire encore plus élevé, de telle sorte que les eaux peuvent être utilisées pour l’irrigation de cultures. Cela vous permet de faire une économie d’argent non négligeable, d’autant plus qu’il s’agit d’une pratique en faveur de l’environnement.

Ce qui est étonnant, c’est que le constructeur ne met pas vraiment en avant cette option pour offrir plus de spécificité à sa micro-station.

Pour finir, sachez que cette filière d’assainissement de SMVE est disponible en plusieurs dimensionnements, à savoir de 7 jusqu’à 1500 Équivalents Habitants (EH). C’est un énorme avantage pour ce produit, car il permet donc d’assurer l’assainissement individuel des eaux usées, mais aussi l’assainissement dans les établissements collectifs. Pour ce faire, la société peut mettre à l’échelle ses dispositifs d’assainissement en fonction du type du complexe (camping, chambre d’hôte, gite, auberge, lotissement, etc.).

À propos de SMVE

SMVE est une enseigne spécialisée en matière d’assainissement individuel et semi-collectif. Bien qu’elle ne figure pas parmi les sociétés les plus connues dans ce domaine, elle est bien présente sur le marché français, et ce, depuis les années 1980.

Implantée en Haute-Garonne, plus précisément à Dremil-Lafarge, SMVE a actuellement installé plus de 25 000 dispositifs d’assainissement autonomes et environ 1 500 systèmes de traitements d’eaux collectifs. Autant dire que la société peut installer plus de 500 systèmes individuels par an. Il faut noter que SMVE est membre fondateur de l’Association des professionnels des micro-stations (APMS). Les membres de ce syndicat des professionnels de la micro-station se sont engagés à respecter l’éthique professionnelle ainsi que les performances en matière de rejets de polluants dans la nature, selon les réglementations en vigueur. Ils respectent également les conditions de marquage CE, tout en offrant des contrats de maintenance et un service après-vente fiable à ses clients et en respectant l’environnement.